(retour)

Dans le cadre de l’exposition sur le Théâtre Pitou nous recevons Gabriel Hermand-Priquet directeur de « l’Ateuchus » . Ce marionnettiste vient nous présenter différents types de marionnettes leur manipulation et leur fabrication. Le décor est bien planté puisqu’il évolue devant une toile du théâtre Pitou.

« A l’origine, l’art de la marionnette est lié au sacré, à la représentation des mythes ou de fournir un intermédiaire aux dieux. Ainsi, dans la langue française, ce sont les statuettes de la Vierge Marie qui ont donné leur nom à la marionnette (petite Marie).

Ce sont également les récits fondateurs et religieux que les marionnettes mettent en scène. Selon les cultures, le théâtre de marionnette oscille entre le rite et le spectacle. En Inde, en Asie du Sud-Est ou en Afrique, le sujet peut être profane et faire rire (le rire est souvent perçu comme une façon de chasser les maléfices), tout en accomplissant une fonction sacrée ou rituelle. (Musée Gadagne) »

Gabriel nous présente des marionnettes à gaine chinoise . Il appris cet art avec un maître chinois et ces marionnettes permettent beaucoup de mouvements après un long travail d’apprentissage . Il joue deux petites saynètes  dont une de combat entre deux frères pour nous montrer les grandes possibilités qu’offrent ces marionnettes.

Une grande explication nous est donnée sur la fabrication d’une tête de marionnette dont les yeux  sont articulés.

Nous passons ensuite aux marionnettes de table et là nous faisons connaissance avec les maquettes des personnages du spectacle « Buffalo Boy ».

Tous ces personnages désarticulés sortis d’une valise prennent vie dans les mains du marionnettiste . Chaque personne présente est sollicitée pour faire part de ses impressions devant chaque marionnette. La marionnette n’est plus un objet mais un personnage exprimant des émotions.

Au cours de cette intervention un vrai dialogue s’est établi entre Gabriel, le public et  « les marionnettes ».

Devant l’intérêt porté à cette animation Gabriel nous propose de nous rendre à la Batysse (maison de Gaston Baty) pour découvrir d’autres marionnettes  et le théâtre d’ombres. Rendez-vous est pris pour le 12 juin et d’ici là nous aurons amélioré nos connaissances sur les marionnettes en allant au Musée Gadagne à Lyon.

MAH